couches lavablesRien que le nom de « couches lavables » rebutent certains parents ou futurs-parents… Mais si vous imaginez encore les langes en coton et les épingles à nourrice, oubliez donc ces clichés car les couches lavables ont bien changé depuis quelques années : elles sont dotées d’élastiques là où il faut, d’une surcouche étanche, de boutons à pressions et de velcros… bref, elles n’ont rien à envier techniquement aux couches jetables !

Concrètement, elles se décomposent en plusieurs épaisseurs :

  • à l’extérieur, une culotte, qui constitue une surcouche de protection étanche et qui sépare la partie absorbante et les vêtements
  • ensuite la couche en elle-même, fabriquée dans une matière absorbante et respectueuse pour la peau comme du coton, de la flanelle, du chanvre ou du bambou
  • une doublure optionnelle (surtout conseillée pour la nuit), qui vient en renfort pour augmenter la capacité d’absorption de la couche
  • un papier de protection, une sorte de lingette qui sert à contenir la grosse commission et qui permet de la retirer sans y toucher

L’entretien est très facile, on les stocke dans un seau à couvercle dans de l’eau parfumée à l’huile d’arbre à thé (par exemple – cette huile a l’avantage d’être antiseptique), puis on les lave et on les sèche en machine au milieu des autre vêtements. Il suffit de disposer d’une certaine quantité de couches pour assurer une rotation, et vous voilà lancés !

Quel est l’intérêt de ces couches lavables, qui sont tout de même légèrement plus compliquées à utiliser que les couches jetables ?

L’intérêt écologique est évident : un bébé utilisera 1 tonne de couches avant d’être propre, c’est autant de déchets (plastique, cellulose, gels chimiques, …) qui viennent polluer l’environnement. Et autant d’arbres abattus pour les fabriquer.

L’intérêt économique est moins facile à estimer, car ces couches ne sont pas encore très bon marché. Les sites qui vendent ces produits font évidemment des calculs où vous aurez l’impression qu’elles reviennent à la moitié du prix. C’est moins vrai si l’on considère que les nouveaux parents trouvent sans arrêt des réductions sur les couches de marques (à commencer dès la fameuse valisette de la maternité) et qu’on peut les acheter en grosse quantité pour en faire baisser le prix. Il faudrait aussi prendre en compte le cout en lessive/eau/électricité des machines… Pour moi, il faut considérer que les lavables ne couteront de toutes façons pas plus cher pour un enfant, mais surtout qu’elle deviendront extrêmement intéressantes si vous les utilisez pour un second enfant (ou un troisième…) puisqu’à partir de là l’investissement est complètement rentabilisé !

Et bien sûr, vous pourrez éventuellement les revendre sur ebay !

Je vous conseille aussi la lecture de l’article consacré sur Ekopedia.

Crédits photo : EkopediaAntaya (domaine public)

Publicités