You are currently browsing the tag archive for the ‘cuisine’ tag.

Mon article sur la fabrication des yaourts est l’un de mes articles les plus lus, alors je me devais de vous tenir au courant de cette promotion.

Sur le site des 3 Suisses, on peut trouver une yaourtière Seb, le modèle le plus vendu (celui de nos mamans !) avec une réduction de -10% pendant les soldes. Sur un article dont le principal inconvénient est le prix que j’ai toujours trouvé élevé, ce n’est pas négligeable et pourra pousser certains à franchir le pas!

Et comme les 3 suisses sont des spécialistes des codes de réduction, n’oubliez pas d’en chercher un avant votre achat !

3 suisses

Crédits photo : © Adelirose

Publicités

supermarchéVous allez trouver que j’insiste sur le fait que vous devriez mieux vous nourrir ! Mais le fait est qu’on peut souvent manger moins cher en mangeant plus sain.

L’un des exemples les plus faciles pour démontrer ça, c’est les plats cuisinés prêts à l’emploi de type « 5 minutes au micro-ondes ». Qu’ils soient congelés ou au rayon frais, ces aliments contiennent souvent trop de sel, trop de sucre, du gras, des conservateurs, des acidifiants… et ils sont très pauvres en vitamines !

Parfois, pour ne pas afficher un nombre de calories trop énorme sur l’emballage, vous vous retrouvez avec une portion minuscule dans votre assiette ! Vous aurez à nouveau faim très vite et vous grignoterez…

Cela dit, je n’ai rien contre les produits surgelés non préparés, car ils sont parfois moins chers (hors saison) sans une grande perte de qualité. Je peux même concevoir qu’on achète des lasagnes ou d’autres plats difficiles à préparer. Mais quand je vois des barquettes de pâtes à la carbonara…

Dernier argument contre les plats préparés : ce n’est pas écologique ! Vous générez une folle quantité de déchets avec leurs emballages impossibles à recycler.

Alors allez vite vous acheter des fruits et légumes de saison et remettez-vous à la cuisine, c’est facile et enrichissant !

Crédits photo : flickr Simon Shek (creative commons)

YaourtièreJ’ai été surpris du nombre de personnes qui ignorent qu’on peut très facilement faire ses yaourts soi-même. Certains les font de manière artisanale, d’autres à l’aide d’une yaourtière, mais le résultat est le même : une bonne économie sur votre facture de laitages !

La machine simplifie quand même pas mal le travail, mais elle n’est pas forcément donnée (dans les 60€), car il y a très peu de modèles disponibles. La solution recommandée par Ester : en chercher dans les brocantes et vide-greniers, où elle a négocié la sienne pour… 6€ ! J’ajouterai que c’est quelque-chose d’assez facile à trouver car il y a eu une grosse période où la yaourtière était à la mode dans les années 70-80, et beaucoup de gens ne s’en servent plus (demandez à vos parents s’ils n’en ont pas une qui trainent au grenier).

Comment ça marche ? C’est très simple : vous mélangez un litre de lait entier avec un yaourt (du commerce ou d’une tournée précédente), vous mettez le mélange en pots (généralement 8 pots), les pots dans la yaourtière pendant une nuit puis au frigo 24h, et vous n’avez plus qu’à déguster !

Vous devez mélanger avec un yaourt pour utiliser ses ferments, et à partir d’un yaourt du commerce vous pourrez faire 10 générations à la yaourtière.

Il existe différentes méthodes pour « cuire » les yaourts sans la machine, mais ça demande beaucoup plus de boulot. En magasin, vous pouvez acheter des pots pour 10€ les 8, mais vous pouvez aussi récupérer ceux des yaourts du commerce (mais il vous faudra trouver un système pour les fermer).

Quelques liens pour aller plus loin :

Crédits photo : © Adelirose

marmite norvégienneLe conseil du jour est à réserver aux plus écolos d’entre vous, et à ceux qui ont de la place !

Qu’est-ce qu’une marmite norvégienne ? C’est tout simplement un caisson bien isolé, suffisamment grand pour contenir votre fait-tout ou votre casserole, mais en laissant le moins d’espace vide possible. Une fois que la cuisson a bien commencé, vous retirez votre gamelle du feu pour la placer dans cette marmite que vous refermez aussitôt. La cuisson va se terminer à l’étouffée, sans apport d’énergie supplémentaire.

Le but est donc d’économiser sur l’électricité ou le gaz, puisque vous n’avez besoin que de 50% de l’énergie de cuisson normale pour certains plats. En contrepartie, la cuisson prendra plus de temps. Pour 2kg de pommes de terre par exemple, vous aurez besoin au total de 30mn (au lieu de 25mn) mais en économisant la moitié de l’énergie.

Le dernier aspect économique de la marmite norvégienne, c’est qu’on ne peut pas en trouver dans le commerce ! Vous aurez donc à la fabriquer vous-mêmes !

Quelques liens pour des conseils de fabrication et d’utilisation :

Crédits photo : © mangerbio-eatingorganic.net

plaques à inductinoSi vous êtes en train d’équiper votre cuisine, n’hésitez plus à propos du type de vos plaques de cuisson : choisissez l’induction.

Ce type de plaques ne produit pas de la chaleur directe, mais fait chauffer le fond de la casserole qui est posée dessus, à condition que celui-ci contienne du fer. Donc pour savoir si vos marmites sont compatibles, essayez de faire tenir un aimant sur le fond : s’il tient, ça peut chauffer !

C’est le premier argument des gens qui sont contre l’induction : « il faut changer toutes nos casseroles !« . Tout d’abord, depuis que cette invention est apparue dans le commerce, de plus en plus d’équipement sont compatibles et leur prix a bien baissé : vous en possédez peut-être déjà sans le savoir. Ensuite, vos poêles en Téflon doivent être changées régulièrement car elles s’abiment et deviennent dangereuses pour votre santé : vous devrez changer de matériel de toutes façons.

Quels sont les avantages des plaques à inductions ?

  • elles montent très vite en température : le plus rapide pour faire bouillir de l’eau
  • elles répondent instantanément aux variations : si ça risque de bruler, vous pourrez l’éviter
  • elles restent froides car c’est le récipient qui chauffe : vous évitez des risques de brulures
  • elles sont faciles à nettoyer : les débordements ne cuisent pas sur la plaque
  • elles sont électriques : plus d’inquiétude pour changer les bouteilles de gaz et les tuyaux

Et bien sûr le principal intérêt : l’économie d’énergie réalisée avec ce type de plaques est de 40 à 60% par rapport aux tables de cuisson en fonte, au gaz ou vitrocéramique.

Crédits photo : flickranamoly23 (creative commons)