You are currently browsing the tag archive for the ‘consommation’ tag.

J’aimerais vous faire part aujourd’hui d’un projet très simple dans son concept : le projet lesswatts.org vise tout bonnement à vous faire consommer moins d’électricité lorsque vous utilisez votre ordinateur.

Si vous êtes mobiles avec un portable, cela signifie bien entendu une plus longue autonomie (et peut vous faire économiser l’achat d’une batterie de secours). Sur votre ordinateur à la maison ou au bureau, cela signifie tout simplement une moins grosse facture d’électricité.

Comme d’habitude, ce genre d’économie est aussi un excellent geste pour la planète, alors n’hésitez plus si vous utilisez déjà Linux, installez PowerTop ! C’est aussi un logiciel gratuit !

Copyright logo : © lesswatts.org

Publicités

Qu’est-ce que le colis-voiturage ? Tout est clairement expliqué sur le site colis-voiturage.fr, un projet à l’initiative de trois alsaciens qui ont décidé de lutter à la fois contre la hausse des prix du pétrole et de la livraison de colis.

Le principe est simple : vous confiez votre colis à un particulier qui a prévu d’effectuer lui-même le trajet qui vous intéresse, et il le remet à destination. Le tout se fait bien sûr contre rémunération !

C’est donc à la fois un moyen d’économiser sur des frais de livraison (par exemple pour vos ventes sur e-bay) et de gagner de l’argent facilement en s’inscrivant sur le site sur les trajets que vous avez l’habitude de faire.

Plus il y aura d’inscrits, plus le système sera efficace et rentable, donc n’hésitez plus et allez-y vite !

Crédits logo : © colis-voiturage.fr

herbe jauneAvec l’arrivée du printemps, j’aimerai attirer l’attention de ceux d’entre vous qui possèdent un jardin sur la consommation que représente son arrosage pendant les beaux jours.

L’arrosage classique vous coute environ 1000 litres d’eau par heure. Pour une petite pelouse de 200 mètres carrés, cela représente en moyenne 70.000 litres par an, soit pas loin de 200 euros ! D’une part, il est invraisemblable de gaspiller de l’eau potable dont le tarif augmente de plus en plus au fil des ans et c’est pour cela que dans l’un de mes précédents articles je vous conseillais de récupérer l’eau de pluie.

Mais d’autre part, il faut considérer pourquoi vous souhaitez arroser votre gazon. Car autant je conseille toujours l’investissement dans une citerne d’eau de pluie à ceux qui utilisent leur jardin pour faire pousser des arbres fruitiers ou récolter des légumes dans leur petit potager privé, autant si ce n’est que pour l’esthétisme d’une pelouse bien verte, ça ne se justifie pas vraiment.

Pourquoi ne pas plutôt admettre que votre herbe sera moins belle pendant la saison chaude ? Le gazon n’en sera que plus vigoureux lorsqu’il reprendra à l’automne.

Crédits photo : Flickr Enygmatic-Halycon (creative commons)

verre à dentsAujourd’hui, un conseil très simple pour économiser de l’eau, que tout le monde connait… mais que beaucoup de gens choisissent d’ignorer : l’utilisation d’un verre lorsque vous vous brossez les dents.

J’ai moi-même longtemps pratiqué le rinçage de dents à même le robinet. Pourtant, je savais déjà que je gaspillais inutilement de l’eau potable. Mais j’avais des chats et mes quelques expériences se sont soldées par plusieurs verres brisés !

La solution se trouve dans n’importe quel magasin de décoration ou de bricolage : le verre à dents en plastique. Souvent, vous en trouverez de jolis qui vous permettront aussi de ranger votre tube de dentifrice et votre brosse.

Au niveau des statistiques, tous les articles que j’ai pu trouver citent le chiffre de 10.000 litres d’eau économisés par an ! Ça parait énorme mais cela va très vite : avec un débit moyen de 6 litres par minute cela correspond à 4mn30 par jour, soit 1mn30 de robinet ouvert par brossage (à 3 brossages par jour).

Bref, en ces temps de bonnes résolutions, optez vous aussi pour ce petit geste d’économie !

Crédits photo : Flickralyak (creative commons)

eau plateJe sais qu’un soir de Noël, l’eau plate ne sera probablement pas le liquide le plus présent dans les verres sur les tables de France, mais c’est pourtant mon conseil du jour. Pourquoi acheter des packs d’eau toutes les semaines alors que vous pourriez boire l’eau de votre robinet ?

Personnellement, j’ai toujours trouvé dans mes différents logements que l’eau du robinet était parfaitement consommable directement. Parfois il convenait de la stocker quelques heures au réfrigérateur avant de la boire pour faire disparaitre un goût de chlore, mais en général je la trouvais très bonne.

Beaucoup de gens ne sont pas de cet avis puisque l’on vend en France 150 litres d’eau minérale par personne et par an. Que ce soit pour le goût ou pour votre santé, il y a une alternative économique à l’achat systématique de bouteilles d’eau : la carafe filtrante.

Le leader sur le marché Brita explique que ses filtres fonctionnent en 4 étapes :

  • une pré-filtration qui retient les particules présentes dans l’eau du robinet
  • une filtration par échange d’ions qui réduit le tartre et la teneur en métaux (aluminium, cuivre, plomb)
  • une filtration par charbon actif qui neutralise le goût et l’odeur en éliminant le chlore et d’éventuels pesticides et impuretés organiques
  • une post-filtration qui retient les dernières particules

D’un point de vue écologique, vous évitez ainsi de produire des tonnes de déchets plastiques en jetant des bouteilles. J’avais quelques doutes puisque ces carafes utilisent des filtres jetables… mais il semble qu’aujourd’hui Brita récupère et recycle ces cartouches filtrantes chez leurs revendeurs.

Crédits photo : wikipedia Walter J. Pilsak (GFDL)

congélateur Le réfrigérateur et le congélateur représentent environ 25% de la consommation d’électricité d’un foyer. Saviez-vous qu’un congélateur vide ou à moitié rempli consomme beaucoup plus d’énergie que s’il est bien rempli ? Cette astuce s’applique aussi à votre réfrigérateur !

L’astuce est très simple et consiste donc à remplir : mettez le pack de lait complet au frigo, congelez des bouteilles d’eau du robinet s’il le faut !

Ne placez pas votre réfrigérateur prêt d’un four ou d’un radiateur, et pensez aussi à ne pas le placer juste derrière une fenêtre en plein soleil : éloignez-le au maximum des sources de chaleurs. La même règle s’applique au congélateur, dont la place serait idéalement dans votre sous-sol ou votre garage : les pièces les moins chauffées (au nord dans une maison bien orientée).

Réglez bien le niveau de froid dans vos appareils : 5°C suffisent à la conservation dans un frigo, et –18°C dans un congélateur : chaque degré de moins consomme 5 % d’énergie de plus.

Et bien sûr pensez à dégivrer souvent (2 mm de givre augmentent de 10% la consommation de votre appareil – 30% pour 5mm), à nettoyer la grille à l’arrière qui sert à l’évacuation de la chaleur et à ne pas y placer d’aliments encore chauds.

Crédits photo : wikipedia – Yvwv (creative commons & GFDL)

Légumes du marchéLe conseil d’aujourd’hui va paraitre évident à bon nombre d’entre vous. Et pourtant en 2006, les hypermarchés et supermarchés ont réalisé 60% des ventes de fruits et légumes, contre 17% seulement pour les marchés.

D’après le Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes, le prix des légumes frais est plus élevé dans les grandes surfaces : un prix moyen au kilo de 2,07 € en supermarché contre 1,65 € sur les marchés. Cet été, la salade s’est notamment vendue 20 à 25% plus chère en grande surface.

Pour les fruits en revanche, la différence des tarifs constatés est très faible. N’oubliez pas en tout cas d’acheter des produits de saison !

Crédits photo : FlickrJeanPierreG. (creative commons)

ExpressoVous hésitez à acheter ou à offrir une machine Nespresso pour Noël à cause du prix des capsules ? Il y a des réductions en ces périodes de fêtes qui permettent d’acheter des machines à des tarifs très intéressants. Mais à 0,31€ par café, on a vite un budget qui dépasse le prix de la machine, comme pour les imprimantes et les cartouches d’encre

Mais la solution n’est-elle pas la même ? Le site Homepresso.fr vous dit tout sur le remplissage artisanal de vos capsules. D’après eux, avec du café de bonne qualité (carte noire vendue en grande surface) à 3 euros les 250g, la capsule revient à 0,06€. Avec de la pratique, remplir 50 capsules prend moins de 30 mn.

Reste la grande question du goût des cafés. Là, ça sera à vous de vous faire un avis et de tester différents cafés. Pour vous aider à vous y retrouver, je vous conseille l’excellent article de la Wikipedia sur les différentes variétés de café.

Un dernier mot sur l’aspect écologique de cette démarche : vous génèrerez beaucoup moins de déchets d’aluminium en remplissant vous-mêmes vos capsules !

PS : Tous les ans pendant les fêtes, Nespresso offre des bons de réduction de 50€ sur les machines : si vous êtes patients ça vaut la peine d’attendre.

Crédits photo : wikipedia – Ericd (GFDL)

couches lavablesRien que le nom de « couches lavables » rebutent certains parents ou futurs-parents… Mais si vous imaginez encore les langes en coton et les épingles à nourrice, oubliez donc ces clichés car les couches lavables ont bien changé depuis quelques années : elles sont dotées d’élastiques là où il faut, d’une surcouche étanche, de boutons à pressions et de velcros… bref, elles n’ont rien à envier techniquement aux couches jetables !

Concrètement, elles se décomposent en plusieurs épaisseurs :

  • à l’extérieur, une culotte, qui constitue une surcouche de protection étanche et qui sépare la partie absorbante et les vêtements
  • ensuite la couche en elle-même, fabriquée dans une matière absorbante et respectueuse pour la peau comme du coton, de la flanelle, du chanvre ou du bambou
  • une doublure optionnelle (surtout conseillée pour la nuit), qui vient en renfort pour augmenter la capacité d’absorption de la couche
  • un papier de protection, une sorte de lingette qui sert à contenir la grosse commission et qui permet de la retirer sans y toucher

L’entretien est très facile, on les stocke dans un seau à couvercle dans de l’eau parfumée à l’huile d’arbre à thé (par exemple – cette huile a l’avantage d’être antiseptique), puis on les lave et on les sèche en machine au milieu des autre vêtements. Il suffit de disposer d’une certaine quantité de couches pour assurer une rotation, et vous voilà lancés !

Quel est l’intérêt de ces couches lavables, qui sont tout de même légèrement plus compliquées à utiliser que les couches jetables ?

L’intérêt écologique est évident : un bébé utilisera 1 tonne de couches avant d’être propre, c’est autant de déchets (plastique, cellulose, gels chimiques, …) qui viennent polluer l’environnement. Et autant d’arbres abattus pour les fabriquer.

L’intérêt économique est moins facile à estimer, car ces couches ne sont pas encore très bon marché. Les sites qui vendent ces produits font évidemment des calculs où vous aurez l’impression qu’elles reviennent à la moitié du prix. C’est moins vrai si l’on considère que les nouveaux parents trouvent sans arrêt des réductions sur les couches de marques (à commencer dès la fameuse valisette de la maternité) et qu’on peut les acheter en grosse quantité pour en faire baisser le prix. Il faudrait aussi prendre en compte le cout en lessive/eau/électricité des machines… Pour moi, il faut considérer que les lavables ne couteront de toutes façons pas plus cher pour un enfant, mais surtout qu’elle deviendront extrêmement intéressantes si vous les utilisez pour un second enfant (ou un troisième…) puisqu’à partir de là l’investissement est complètement rentabilisé !

Et bien sûr, vous pourrez éventuellement les revendre sur ebay !

Je vous conseille aussi la lecture de l’article consacré sur Ekopedia.

Crédits photo : EkopediaAntaya (domaine public)

Carte de créditJe vais vous parler aujourd’hui des différentes manières de gagner de l’argent avec votre carte bancaire… ou avec une nouvelle carte bancaire.

Savez-vous combien vous coûte votre carte bleue actuelle ? Avez-vous fait confiance à votre banquier et souscrit à l’un de ces packs à souscriptions mensuelle fixe dans lesquels vous n’utilisez pas le quart des services inclus ?

Il existe aujourd’hui des moyens de s’affranchir de ces frais fixes : vous n’êtes pas obligé de prendre la CB que vous propose votre banque. Vous pouvez souscrire à une autre carte qui prélèvera les sommes dépensées tous les mois sur votre compte courant. Mieux : ces cartes vous permettent souvent de récupérer une partie de vos dépenses.

Je vais vous dresser un rapide comparatif de ces cartes, sans tenir compte des divers partenariats particuliers et autre promotions du type « gratuit la première année ».

  • Les cartes Oney (anciennement cartes Egg) sont parmi les plus connues. Il s’agit de cartes visa classiques que vous pouvez utiliser partout dans le monde et aux distributeurs, proposées par la banque Accord. La première de ces cartes – la carte verte – vous permet de récupérer du cashback, à savoir 1% des dépenses que vous effectuez avec cette carte. Elle a un prix de 35€ par an, qui sera compensé si vous dépensez plus de 3500€ avec cette carte dans l’année, soit environ 300€ par mois. La seconde carte Oney – la carte mauve – est totalement gratuite. Quel est l’intérêt pour eux ? Le but d’Oney est de vous faire payer par crédit et de toucher des intérêts sur ces crédits. Mais il suffit d’opter pour le remboursement intégral chaque mois, et vous restez gagnant.
  • La banque Accord propose aussi une carte mastercard et une carte visa qui pour 25€ annuels combinent les avantages d’une carte Auchan (programme de fidélité) à une récompense de 10 centimes pour chaque paiement effectué avec cette carte (pas seulement chez Auchan). Si votre achat dépasse 10€, c’est forcément moins de 1% que vous obtenez. Votre carte sera en tout cas amortie au bout de 250 achats dans l’année.
  • American Express propose sa carte Blue à 40€ par an. Leur programme de fidélité cumule des points sur le principe 1 euro dépensé = 1 point. Sur la boutique où on peut convertir ses points, on trouve une carte cadeau de 20€ pour 2000 points. On en déduit que 1 point = 1 centime, et que cette carte vous offre un équivalent du cashback de 1%. Il vous faudra donc dépenser 4000€ annuels pour amortir cette carte.
  • La carte PASS visa du groupe Carrefour est une carte visa normale qui propose un accès au programme de fidélité Carrefour classique. Pour une cotisation de 25€ annuels, vous avez d’autres avantages : des réductions et surtout 3€ reversés par tranche de 60€ dépensés lors de la « journée pass » chez Carrefour (jour fixe chaque semaine). Malgré les conditions restrictives, ça représente un cashback de 5%, et la carte peut donc être amortie dès 500€ d’achats annuels.

Voilà pour la présentation des quelques cartes qui me paraissent les plus intéressantes. Bien entendu, les cartes de votre banque vous donnent aussi accès à des programmes de fidélité ou des réductions exclusives. Je ne veux pas polémiquer : si vous en êtes satisfait, gardez-la.

Pensez aussi que vous pouvez très bien prendre une deuxième carte, surtout si elle peut facilement s’auto-financer. Les avantages sont multiples : si vous avez une visa + une mastercard + une american express, vous pourrez payer et retirer de l’argent dans un nombre encore plus grand d’endroits dans le monde. Si vous optez pour le remboursement mensuel des sommes dues, vous aurez l’équivalent d’une carte à débit différé. Enfin, vous aurez moins de problème de plafond : si vous ne pouvez plus utiliser l’une de vos carte, vous utiliserez l’autre !

Un dernier rappel : ce n’est pas parce que vous y gagnerez qu’il faut dépenser plus !

Crédits image : wikipedia Sergio Ortega (GFDL)